Bann késtion bann paran i poz azot/les questions que les parents se posent

Chers parents,

Vous êtes parfois inquiets (vous l'êtes de moins en moins, plus de 60% des parents sont favorables au "créole à l'école" d'aprés les dernièrs sondages) quand vous entendez parler de la question du "créole à l'école". Cette inquiétude est légitime car pendant de longues années des représentations négatives circulaient (et encore un peu chez certains aujourd'hui). Les principales représentations négatives sur le créole

Un livre combat les idées reçues sur la question du "créole à l'école". Nous vous conseillons sa lecture:

"Oui au créole, oui au français", Laurence Daleau, Yvette Duchemann, Axel Gauvin, Fabrice Georger, collection créole réunionnais et français, langues partenaires, éditions Tikouti, 2006.

Nous vous conseillons aussi la visite d'un site pour les parents sur le bilinguisme (site enfantsbilingues).

Nous vous conseillons aussi de visioner les films dans notre page "Ti film".

Vous vous posez aussi des questions sur l'enseignement du créole. Nous répondons à vos questions.

 

Vos principales questions.

Nos réponses.

Les élèves ont déjà des difficultés en français, alors pourquoi introduire le créole ? Le créole est un frein à l’apprentissage du français.

 

 L'enseignement du créole n'est pas un frein à l'enseignement du français, au contraire. L'enseignement du créole (un temps limité dans la semaine) vise a instaurer un bilinguisme additif à l'école.

Bilinguisme additif (pris sur enfantsbilingues.com)
Situation bilingue où l’enfant a pu développer ses deux langues de façon équilibrée et a pu, à partir de son expérience bilingue, bénéficier d’avantages sur le plan de son développement cognitif; cet état se retrouve surtout lorsque les deux langues sont valorisées dans l’entourage socioculturel de l’enfant.

De nombreux enfants à La Réunion sont encore en situation de bilinguisme soustratif

Bilinguisme soustractif (pris sur enfantsbilingues.com)
Situation bilingue où l’enfant a développé sa seconde langue au détriment de son acquis en langue maternelle et qui peut entrainer des désavantages sur le pan du développement cognitif; cet etat se retrouve lorque l’entourage dévalorise la langue maternelle de l’enfant par rapport à une langue dominante, socialement plus prestigieuse.

Du fait de la vitalité du créole et du français à La Réunion, nous avons la possibilité (et la chance) de mettre en place un bilinguisme additif, ce qui sera profitable à l'enseignement des langues en général (dont celui du français).

Les élèves parlent déjà créole, alors pourquoi l’enseigner ? Le créole est inné.

 

 Aucune langue est innée. Pourrait-on dire qu'il est inutile d'enseigner le français en France car les élèves parlent déjà français? Le français est inné? Bien entendu non. Tout au long de la scolarité un élève français apprend le français.

En plus du français, à La Réunion il est important d'apprendre aussi le créole (pour les volontaires). Le psycholinguiste Lambert a bien montré que pour qu'un enfant apprenne efficacement une seconde langue ou une seconde culture il faut qu'il soit au préalable valorisé dans sa première langue et dans sa première culture.

Enseigner le créole c’est renfermer l’enfant sur lui-même. Il ne vaut pas mieux lui enseigner l’anglais ?

 L'enseignement du créole ne s'oppose pas à celui du français, et encore moins à celui des langues étrangères, au contraire. Le créole ne remplacera jamais l'anglais à l'extérieur de l'île et l'anglais ne remplacera jamais le créole à l'intérieur de l'île. De trés nombreux élèves qui ont choisi le créole à l'école ont aussi de trés bons résultats en langues étrangères, voire même dans des classes européennes.

Jusqu’à présent le créole n’était pas présent à l’école, et c’était très bien ainsi. Alors pourquoi vouloir le mettre à l’école ?

 Poser cette question montre une méconnaissance de nombreux indicateurs d'évaluation.

Quel créole enseigner, tout le monde ne parle pas le même créole ?

 Dans l'hexagone on ne parle pas français exactement de la même façon à Marseille, à Paris, dans le Nord. C'est ce qu'on appelle de la variation. Comme toutes les langues vivantes le créole connaît de la variation (les seules langues qui ne connaissent pas de la variation sont les langues mortes). Pourtant, mettez autour d'une table quelqu'un des bas et quelqu'un des hauts ils vont se comprendre à 99% même s'ils ne parlent pas exactement de la même façon. A l'école l'ensemble du créole avec toute sa variation est accepté.

Le créole est une langue orale, alors pourquoi vouloir l’écrire ?!

 Pourriez-vous nous raconter (pendant 10 minutes) l'histoire de Granmérkal, ou pourriez-vous citer 1 titre des zistoir Tijan, ou 1 titre des zistoir konpèr lapin, ou 1 titre d'un poème en créole (La Réunion "l'ile des poètes"), ou 1 titre de roman en créole, ou 1 chanson de Célimène, ou 2 berceuses en créole, ou ... A l'évidence tout un patrimoine culturel est en train de se perdre car la transmition orale ne se fait plus.

 

Ceux qui défendent le créole ne sont même pas d’accord entre eux sur la graphie, sur l’écriture. On va imposer une écriture artificielle à nos enfants ?

 Aucune graphie n'est imposée à l'école. Extrait du programme académique concernant la graphie:

"

La question du créole écrit

Activités de lecture : le choix des œuvres et des extraits est subordonné à des contraintes pédagogiques (difficultés, intérêt littéraire, apports culturels). Les textes seront proposés dans la graphie choisie par leur auteur, et aucune œuvre ne sera exclue du fait de la graphie.

Activités d'écriture.

Il faut distinguer l'école du collège.

L’entrée active dans l’écriture est réservée au collège.

Mais à l'école primaire les écrits en créole existent selon deux modalités :

-         d'une part, lorsqu’il l’estime nécessaire, une trace écrite de l'enseignant, dans une graphie possédant une cohérence interne

-         d'autre part des écrits produits par les élèves : il s'agit de productions courtes (récits, poésies, sirandanes...), auxquels on ne demande que d’être compréhensibles : la maîtrise de l’écriture du créole n’est pas objet d’évaluation.

Au collège, le créole écrit devient objet d’apprentissage, c’est-à-dire que l’élève est amené à communiquer par écrit en créole et sa production est évaluée, excepté l’orthographe (voir la partie « compétences grammaticales ») .
Aucune graphie n’est imposée, le mode de passage du créole oral au créole écrit est laissé à l’appréciation pédagogique de l’enseignant en fonction de ce qui s’avère le plus utile pour ses élèves".

L'enseignement du créole est-il obligatoire? Non! L'enseignement de l'opsion LVR ou l'enseignement en classe bilingue n'est pas obligatoire. L'enseignant vous informe et vous demande votre avis. Le projet doit figurer dans le projet d'école (donc validé par les représentants de parents d'élèves et l'ensemble de la communauté éducative). Pour l'ouverture d'une classe bilingue la signature des parents (concrétisant leur accord) est obligatoire. Les parents sont tous en général d'accord quand une information sur les bienfaits du bilinguisme a été dispensée.
Je veux que mon enfant profite d'un enseignement en classe bilingue. Que faire? L'ouverture d'une classe bilingue peut se faire à la demande des familles. Il est important alors de faire remonter les demandes (à l'école notamment par le biais des représentants de parents, aux municipalités, à l'institution scolaire). Si vous êtes plusieurs dans ce cas il est important de faire une demande groupée.
La langue maternelle de mon enfant n'est pas le créole. Pourquoi ferait-il du créole à l'école? De nombreux enfants qui sont actuellement en cours de créole n'ont pas le créole pour langue maternelle et ça ne pose aucun problème, ils sont même ravis. L'opsion LVR ou l'enseignement bilingue sont de formidables ouvertures sur les langues en général. Il ne faut pas oublier aussi toute la culture (histoire, contes, musique, ...) transmise lors de cet enseignement. L'enseignement du créole ne va pas perturber l'acquisition de la langue maternelle de votre enfant.
La question du "créole à l'école" est polémique, beaucoup de personnes sont contres! Pourquoi vouloir nous imposer "le créole à l'école"? Nous rappelons que "le créole à l'école" n'est pas obligatoire, rien n'est imposé. A l'inverse, beaucoup de parents (plus de la moitié selon les derniers sondages), tout aussi responsables, sont favorables au "créole à l'école", donc il est important de tenir compte aussi de leur avis. Dans la presse on entend ou on lit souvent des réactions vives sur "le créole à l'école" ... par des personnes dont les enfants n'ont jamais fréquenté un cours de créole. Par contre, on n'entend ou ne lit jamais de réactions négatives de la part de parents dont les enfants ont suivi un cours de créole. En réalité on parle mal de ce qu'on ne connait pas.